Bienvenue sur le site du 
Club Félin Alouette!

L’élevage et les groupes sanguins des chats
Isabelle Bellavance – Juillet 2005

Chez les félins, il existe 3 groupes sanguins distincts. Le premier, le plus commun est le groupe A. C’est le type dominant. Le second, le groupe B, est récessif au groupe A et, lorsque présent, se retrouve en pourcentage différent selon les races (de 10 à 50%). Le dernier groupe est très rare et suscite encore beaucoup de questionnements. On le nomme AB, non pas parce qu’il est le résultat du mariage des deux groupes, mais plutôt parce qu’il présente des réactions intermédiaires lors des tests utilisés pour les identifiés. Génétiquement, le groupe AB est récessif au groupe A et au groupe B. Comme ce type est très rare et que peu d’information est disponible sur les risques et conséquences, nous n’élaborerons pas, sauf pour dire qu’il agirait comme le type A quant aux risques sur un élevage.

En tant qu’éleveur, il est important de connaître le groupe sanguin de nos reproducteurs car celui-ci peut occasionner de sérieux problèmes de santé chez les nourrissons. Une femelle de type A ne présente aucun problème pour les chatons de n’importe quel type. Les femelles de type B produisent des anticorps dans leur lait maternel qui affectent les chatons de type A seulement.

Le problème se situe au niveau des anticorps sécrétés dans le colostrum du lait maternel. À la naissance, les anticorps de la mère peuvent passer par la paroi intestinale du chaton qui est très perméable, afin de former l’immunité maternelle. Les anticorps des femelles de groupe B provoquent une réaction de rejet chez certains chatons. Les effets observés varient, mais le plus souvent, occasionnent la mort des chatons de type A où la réaction immunitaire est suscitée. Notez que seuls les chatons de type A s’alimentant sur une femelle de type B sont affectés.

Contrairement à la croyance populaire, le colostrum serait sécrété dans le lait tout au long de la lactation. Donc, de confier les chatons à une chatte qui a des chatons plus vieux permettrait tout de même la formation de l’immunité maternelle.

Les premiers signes sont souvent une urine très foncée, brune, presque rougeâtre. Les rares survivants peuvent présenter une nécrose du bout de la queue. Le plus souvent on remarque seulement une rapide détérioration du chaton, suivie par la mort. Même si la période de perméabilité n’est que de 16 à 18 heures, l’intoxication et la mort qui s’ensuit peuvent survenir entre la naissance et la fin de la première semaine.

Il est donc recommandé de tester les parents. Selon les possibilités génétiques des groupes sanguins chez les chatons, il serait bon de tester les chatons à la naissance avec des cartes instantanées. Pour réaliser ce test, on peut utiliser le sang provenant du cordon ombilical. Une autre solution consiste à retirer tous les chatons afin d’éviter qu’ils boivent le lait de leur mère de groupe B. Dans ce cas, on doit les nourrir à la main ou les confier à une autre maman volontaire de groupe A pour les premières 18 heures. Si on teste les chatons à la naissance, seuls les chatons de type A doivent être retirés temporairement. Ceux de groupe B peuvent être laissés à leur mère. La difficulté se situe que l’on doit absolument être présent lors de la mise bas afin d’éviter toute consommation de lait maternel, et ce au moins jusqu'à ce que les groupes sanguins soient adéquatement identifié ou que soient passés les 18 premières heures.

Le test d’identification du groupe sanguin se fait à l’aide d’un échantillon de sang. Celui-ci peut être envoyé en laboratoire afin d’être identifié de façon formelle ou l’on peut faire venir des cartes instantanées qui permettent de façon tout de même fiable, d’identifier le groupe sanguin des chatons. Le fonctionnement de ces cartes est assez simple. On dépose une goutte de sang sur la carte. Du sang A ne provoque pas de réaction. Celui de type B provoque une réaction de coagulation très évidente. Les réactions intermédiaires indiquent la possibilité d’un type AB. Celui-ci devrait être contre expertisé en laboratoire.

Lors d’un pairage utilisant une femelle B, si on utilise un male B, il n’y aura aucun problème car tous les chatons seront B. Ce même mâle pourrait aussi accoupler une femelle A et les chatons seraient A ou B selon que la mère est homozygote pour le A ou hétérozygote et est porteuse du type B. Ceux-ci n’auront pas de problèmes, car, nous vous le rappelons, le problème se situe uniquement avec des femelles B qui ont des chatons A.

En effet, vous direz, c'est plus simple d'utiliser un mâle B car on peu l'accoupler avec une femelle A ou B et ne pas avoir à s'inquiéter.  En effet, une maman A peut allaiter des chatons de n’importe quel groupe, et si on mariait une femelle B avec un male B, tous les chatons seraient B et on n’aurait aucun problème. Par contre, comme c'est un gène récessif, il faut savoir que l’utilisation d’un tel mâle augmente la proportion de gènes pour le B dans les générations futur - et donc l'incidence de femelles B, ce qui constitue en réalité, le vrai problème. 
 
Dans beaucoup de races ou le gène B à une incidence minimale, une bonne proportion d’éleveurs considère comme néfaste de favoriser l'utilisation des chats de groupe B.  Par contre, un éleveur qui ne teste pas ses chats et laisse faire une sélection 'naturelle' se retrouvera tôt ou tard avec un programme entièrement de B parce que les femelles B, si on ne retire pas les chatons, tuent seulement les chatons A - donc, les bébés B survivent.  De plus, si on a un male B, on n’a jamais de pertes de chatons donc on produit des bébés B ou des porteurs de B.  Cela ne requiert que peu de générations pour produire une population entièrement de B.  Ce n'est donc pas très étonnant que les races qui ont des chats de groupe B, se retrouvent avec un très haut pourcentage de chats de ce groupe, alors que ce groupe est très rare si on le compare avec les ratios dans la population de chats domestiques. 
 
Fait étonnant, il y a une variation régionale très importante quant au pourcentage de groupe B chez les chats domestiques.  En Amérique du moins, nous avons constaté que dans l’Est du continent, l’incidence est très basse – soit 1% à 2%, alors que dans l'Ouest, c'est plus de 10%. 
 
En conclusion, un éleveur responsable se doit d’être au courant de la présence ou non de différents groupe sanguins dans la race de son choix. Si tel est le cas, il doit alors faire identifié les groupes sanguins de ses reproducteurs et prendre les précautions qui s’appliquent dans les cas problématiques. 

Groupe sanguin maternel Groupe sanguin paternel Chatons résultants
A Homozygote (AA) A Homozygote (AA) 100% groupe A (AA)
A porteur de B (AB) A Homozygote (AA) 100% groupe A (AA ou AB)
A Homozygote (AA) A porteur de B (AB) 100% groupe A (AA ou AB)
A porteur de B (AB) A porteur de B (AB) 75% groupe A (25% AA & 50% AB)
25% groupe B (BB)
A Homozygote (AA) B (BB) 100% groupe A (AB)
A porteur de B (AB) B (BB) 50% groupe A (AB)
50% groupe B (BB)
B (BB) A Homozygote (AA) 100% groupe A (AB)*
B (BB) A porteur de B (AB) 50% groupe A (AB)*
50% groupe B (BB)
B (BB) B (BB) 100% groupe B (BB)

Note : Comme vous le noterez dans le tableau ci-dessus, les chats de groupe A viennent en deux combinaison génétique différentes – soit le AA (forme homozygote) ou le AB (forme hétérozygote, aussi dit A porteur de B). Les chats de groupe B sont obligatoirement homozygote car c’est un trait récessif). Les tests sanguins ne permettent pas de différencier les deux génotypes du groupe A. On peu déduire du génotype d’un chat lorsque l’un de ses parents est de groupe B, car il devra obligatoirement avoir au moins un gène B – donc il sera AB si le test sanguin l’identifie comme groupe A ou il sera BB si le test l’identifie comme appartenant au group B. Les races ou l’on ne retrouve pas de groupe B sont donc tous des sujets AA.

* Ces chatons devront être nourris à la main ou donné à une mère substitue pour les premiers 18 heures si l’on veut assurer leur survie.

Zone des membres
User Name:
Password:

Sondage:
Qu'aimeriez vous
voir sur le site
de notre club?
*Nom ou Pseudo:

Vos suggestions:

Nous écrire

The cat fanciers' association.

©2004-2005 Club Félin Alouette & Webdesign Passion Féline.
Propriété exclusive contenant, contenue et Graphique. Distribution et reproduction interdite.